Actualités

Samedi 17 février, BDS FRANCE organisait une journée nationale d'action.

Le collectif 69 Palestine et BDS-France ont alors organisé la campagne de Boycott des enseignes Carrefour. Sur les marchés et devant plusieurs Carrefour de l'agglométation (Vénissieux, Villeurbanne, Vaulx en Velin), des militants ont distribué des tracts et informé les gens du role de Carrefour dans le soutien à l'armée israélienne, et donc au génocide en cours, et à l'occupation illégale de la Palestine. Plus d'infos ici

Samedi 10 février 2024 - place Bellecour à Lyon
Une nouvelle fois, un millier de sympathisant.e.s de la cause palestinienne se sont retrouvés, à l'appel du Collectif 69 de soutien au peuple palestinien pour exiger le cessez le feu à Gaza, pour crier leur indignation devant la passivité et (ou)  la complicité affichée de nombreux gouvernements avec Israël.

 

Plus d'une centaine de panneaux avec les visages et les noms de Gazaouis enfants, adultes, personnes âgées mortes sous les bombes israéliennes ont attiré l'attention des nombreux passant qui traversaient la place Bellecour.

 

Bravo aux adhérent.e.s de Couleurs Palestine présent.e.s qui ont bravé la pluie battante pour afficher une fois encore leur soutien aux habitants martyrisés de Gaza et à l'ensemble du peuple palestinien !

NOUS NE LES ABANDONNERONS PAS

 

MANIFESTATION  à  GENEVE

 

Samedi 3 février avait lieu à Genève à l’appel du député LFI  de Savoie Jean-luc Coulomme une marche pour exiger la paix et le respect du droit international à Gaza. Initiative à laquelle se sont joints les groupes locaux AFPS des départements voisins de la Suisse et le Collectif 69 de soutien au peuple palestinien dont une dizaine de membres parmi lesquels un militant de Couleurs Palestine 69 ont fait le déplacement.

Ce sont finalement plus de 2000 manifestant.e.s selon « La Tribune de Genève » qui se sont regroupés à 14h au bord du lac, face au Mont Blanc, devant le palais Wilson. Après plusieurs prises de parole dont celle sur la Cour Pénale Internationale au nom du Collectif 69, celle d’une militante de l’UJFP et celle de la présidente nationale de l’AFPS, le cortège des manifestant.e.s s’est dirigé vers le Haut Commissariat de l’ONU aux Droits de l’Homme pour finir devant le siège de l’ONU où d’autres prises de parole ont eu lieu dont celle du précédent maire de Genève, de Livia Zbinden vice-présidente du conseil municipal de Genève, d’un membre du Collectif juif décolonial Tsedeki et en clôture celle de jean luc Mélenchon toujours aussi percutant :

"A cet instant, des femmes, des hommes, des enfants, des familles, par milliers, centaines de milliers vivent sous ls bombes, le massacre, les crimes, la frayeur et de cet enfer monte la clameur du peuple, la nôtre. ...Le seul cri que nous voulons pousser à cet instant est CESSEZ LE FEU !!! Notre devoir est de hurler, de protester et d’exiger le CESSEZ LE FEU !!!"

 

La conférence de Gilles Devers, avocat qui a déposé plainte auprès de la CPI avec 500 autres avocats, qui devait avoir lieu jeudi 1er février, a été annulée 2 fois par la préfète du Rhône, à la demande du CRIF.

Cette conférence avait été initialement organisée par des étudiants de Lyon2, dans les locaux de l'Université, puis, suite à l'annulation au motif de risque de troubles pour les étudiants juifs, avait été programmée à la bourse du travail. Mais cela n'a pas empêché la préfète de trouver un nouveau motif pour l'annuler, le jour même!

L'état, aux ordres du CRIF, empêche toute expression sur le conflit en cours et censure toute critique sur le comportement de l'état d'Israël.

Samedi 27 janvier 2024, place Bellecour, un millier de personnes était rassemblé pour réclamer un cessez le feu immédiat et définitif à Gaza

 

Diverses actions ont alimenté ce rassemblement :

- Panneaux « Cessez-le-feu » en grandes lettres tenues par les militants,

- 50 photos de gazaouis assassinés,

- Rouleau de papier sur lequel les participants ont écrit des messages,

Et une magnifique exposition de 120 portraits de palestiniens assassinés.

Samedi 20 janvier Une marche pour Gaza a rassemblé de nombreux manifestants.

Le 17 janvier a eu lieu une conférence intitulée "Est-ce que la France vend des armes à Israël"? avec l'Observatoire des armements 

Voir l'article de l'Observatoire des armements

Samedi 13 janvier 2024 des citoyens étaient réunis place des Terreaux pour soutenir le peuple de Gaza et demander l'arrêt immédiat du génocide en cours.

 

Devant l'Hôtel de Ville, des portraits de victimes sont encadrés, posés au sol devant des bougies. La vie de quelques uns de ces milliers de Palestiniens est lue au micro : c'étaient des enfants, ils buvaient le thé lorsqu'un missile les a assassinés, c'était des nourrissons hospitalisés tués par des militaires israéliens, des jumelles de 15 jours tuées par un missile, un handicapé mort de famine, une famille de 53 personnes mortes sous les bombes, un jeune homme battu à mort par des israéliens, 30 personnes enfants, femmes, personnes âgées, tuées à bout portant par les soldats israéliens, une femme enceinte blessée par les soldats qui l'ont laissée se vider de son sang, .... ce n'était pas seulement des nombres, c'était des être humains lâchement assassinés par les israéliens.

 Gaza est un cimetière pour les journalistes : 113 journalistes ont été tués dans la bande de Gaza en 99 jours. Ils sont ciblés spécifiquement pour les empêcher de témoigner sur le génocide en cours.

Gaza est un cimetière pour les soignants

Gaza est un cimetière en prison

 

Vendredi 29 décembre, une veillée pour la Palestine était organisée par le collectif 69 pour la Palestine.

 

Portraits de palestiniens assassinés sous les bombes israéliennes.

Des êtres humains, pas des nombres. Des êtres qui avaient une vie.

 

Nous devons rester mobilisés face au carnage, au génocide en cours. 

Nous ne pourrons pas dire que nous ne savions pas.

Destruction de Gaza et gaz offshore

Derrière la « fin de partie » d’Israël pour Gaza : le vol des réserves de gaz offshore

 

En 1999, British Gas (BG) a découvert l'existence de gaz naturel dans les champs de Gaza Marine, à 20 milles marins au large des côtes de Gaza, à une profondeur de 375 milles. Une exploration plus approfondie par BG à travers deux puits réussis – Gaza Marine 1 et Gaza Marine 2 – a déterminé que le champ pourrait contenir jusqu'à 1 000 milliards de pieds cubes de gaz naturel. (EgyptOil-Gas.com, 5 avril 2018)

 

L’Autorité palestinienne s’est vu « accorder » le droit d’exercer sa souveraineté sur son propre territoire maritime par les accords d’Oslo en 1995. Quatre ans plus tard, à la suite de la découverte de gaz naturel offshore, l’Autorité palestinienne a accordé au consortium international BG une garantie de 25 ans et 90 ans. % de participation dans une licence pour explorer, développer les champs découverts et installer l'infrastructure requise. Depuis lors, Israël a constamment bloqué ce développement.

 

En 2002, l’Autorité palestinienne a approuvé les propositions de BG visant à construire un pipeline menant à une installation de traitement à Gaza. Cependant, l’État israélien a retardé ce développement, arguant que le pipeline devrait aboutir à un port contrôlé par Israël et que les Palestiniens devraient fournir à Israël le surplus de carburant de Gaza Marine à un prix bien inférieur au prix du marché.

 

Lorsque le Hamas a remporté les élections législatives palestiniennes à Gaza en 2007, Israël a établi un blocus naval militarisé, interdisant tout développement offshore. À peu près au même moment, Yam Thetis, un consortium gazier israélien, a contesté l'attribution du contrat à BG, retardant encore davantage le processus.

 

En décembre 2008, en violation totale des lois internationales, Israël a déclaré sa souveraineté sur la zone maritime de Gaza et BG a fermé ses bureaux à Tel Aviv.

 

Royal Dutch Shell a racheté les intérêts de BG dans les champs de Gaza Marine pour 52 millions de dollars en 2016. En mars 2018, Royal Dutch Shell a renoncé à son investissement, laissant l'Autorité palestinienne chercher une société de remplacement pour développer le champ. (EgyptOil-Gas.com, 5 avril 2018)

 

Une étude de l'ONU révèle des réserves palestiniennes de gaz naturel

 

Une étude réalisée en 2019 par la Conférence des Nations Unies sur le commerce et le développement (CNUCED) a identifié les réserves palestiniennes existantes et potentielles de pétrole et de gaz naturel en Cisjordanie et à Gaza qui pourraient être développées au profit du peuple palestinien.

 

Le rapport cite la province du bassin du Levant, comprenant 83 000 kilomètres carrés de la Méditerranée orientale, avec 122 000 milliards de pieds cubes de gaz naturel, comme l'une des ressources de gaz naturel les plus importantes au monde. Malgré le fait que cette réserve se trouve sous les eaux bordant la Palestine occupée, le Liban et l’Égypte, Israël revendique l’accès exclusif et les bénéfices de cette découverte. (tinyurl.com/2r2mh5ts)

 

Bien que le volume estimé de gaz naturel dans la marine de Gaza soit considérablement inférieur à celui du bassin du Levant, sa proximité avec le rivage et sa moindre profondeur rendent son extraction plus facile et moins coûteuse. En 2019, la CNUCED a estimé la valeur nette du gaz naturel marin de Gaza à 4,592 milliards de dollars – des ressources énergétiques et financières qui pourraient grandement contribuer à lutter contre la pauvreté dans la région.

 

Pourtant, Israël continue d’empêcher les Palestiniens de développer et de bénéficier de leurs ressources naturelles, en violation flagrante du droit international qui détermine qui a des droits sur ces ressources lorsqu’un pays est occupé.

 

L'importance du milieu marin de Gaza pour l'énergie mondiale

 

Un regain d’intérêt pour la poursuite du développement du champ maritime de Gaza a fait surface début 2022 à la suite de la guerre entre la Russie et l’Ukraine, de la destruction du pipeline Nord Stream et des sanctions imposées à la Russie qui ont provoqué une crise énergétique mondiale. Des réunions conjointes ont eu lieu entre des responsables israéliens, américains, égyptiens, jordaniens et de l’Autorité palestinienne pour discuter du projet, qui a reçu le feu vert de Netanyahu après sa réélection. En particulier, le président Joe Biden et les responsables du gouvernement égyptien ont fait pression sur Israël pour qu’il poursuive le projet. (al-monitor.com, 19 juin)

 

Le 18 juin, Israël a donné son accord préliminaire pour le développement d'un gisement de gaz au large de Gaza, le Premier ministre Benjamin Netanyahu affirmant que les progrès dépendraient de « la préservation de la sécurité et des besoins diplomatiques de l'État d'Israël » et de la coordination avec l'Autorité palestinienne et les pays voisins. Egypte. Dans le même temps, Ismail Rudwan, responsable du Hamas, a déclaré à Reuters : « Nous réaffirmons que notre peuple à Gaza a des droits sur ses ressources naturelles. » (18 juin)

 

Deux mois avant le 7 octobre, le Pentagone a commencé à construire une installation militaire de 35,8 millions de dollars dans le désert israélien du Néguev, à 32 km de Gaza, prétendument comme site radar pour surveiller les attaques de missiles contre Israël. La base fait partie d’une présence militaire américaine « secrète » en Israël. (L'interception, 27 octobre)

 

Depuis le 7 octobre, le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a clairement indiqué qu'Israël avait l'intention de tuer autant de Palestiniens que possible afin de faire pression sur les autres pour qu'ils quittent la bande de Gaza et s'installent dans le Sinaï en Égypte. Netanyahu a catégoriquement refusé d’ordonner un cessez-le-feu pour laisser entrer l’aide destinée à mettre fin à l’horrible génocide perpétré à Gaza.

 

Les habitants de Gaza sont bien conscients, comme leurs grands-parents l’ont vécu avec la Nakba de 1948, qu’une fois que les Israéliens auront expulsé par la force les Palestiniens de la terre palestinienne, leur retour sera quasiment impossible.

 

La guerre génocidaire menée par Israël contre les Palestiniens n’a pas empêché le régime israélien de poursuivre ses projets d’exploration pétrolière et gazière. Le 29 octobre, Israël a annoncé qu'il avait accordé 12 licences pour l'exploration de gisements de gaz naturel offshore supplémentaires à six sociétés, dont British Petroleum et le géant italien de l'énergie Eni. Ces récompenses montrent qu’Israël n’a pas l’intention de laisser le génocide qu’il commet contre la population de Gaza interférer avec son vol continu des ressources palestiniennes.

 

Mouvement de restitution des terres autochtones

 

À bien des égards, la lutte du peuple palestinien est parallèle à celle des tribus et des nations autochtones de l’hémisphère occidental, dont les populations ont été décimées au cours de centaines d’années de colonialisme de peuplement blanc.

 

Pour de nombreux peuples autochtones aux États-Unis, ce qu’on appelle « Thanksgiving » est le jour de deuil. En 1621, dans un acte de survie, les Wampanoag ont signé un accord avec les pèlerins, mais les colons européens ont rompu le traité et décimé la population de la tribu, volant ainsi leurs terres.

 

Au cours des 400 années suivantes, les terres autochtones ont été volées par les colonialistes européens. Les peuples autochtones ont été soit tués, soit chassés de leurs terres et forcés de se réinstaller dans des réserves considérées comme situées sur des terres sans valeur, souvent à des distances considérables de leurs foyers d'origine. Plus tard, lorsque ces réserves se sont révélées situées au sommet de vastes réserves de minéraux précieux, le vol des terres a recommencé.

 

Les batailles qui durent depuis des siècles pour récupérer les terres volées aux peuples autochtones de l’hémisphère occidental prennent de l’ampleur, parallèlement aux appels à des réparations avec le mouvement Land Back.

 

De l’Île de la Tortue à la bande de Gaza, les peuples autochtones luttent contre le vol de leurs terres et de leurs ressources par les colons.

 

Sources (en Anglais):

Behind Israel’s ‘end game’ for Gaza: Theft of offshore gas reserves – International Action Center (iacenter.org)

 

Israel awards gas exploration licences to Eni, BP and four others | Reuters