Actualités

Samedi 17 février, BDS FRANCE organisait une journée nationale d'action.

Le collectif 69 Palestine et BDS-France ont alors organisé la campagne de Boycott des enseignes Carrefour. Sur les marchés et devant plusieurs Carrefour de l'agglométation (Vénissieux, Villeurbanne, Vaulx en Velin), des militants ont distribué des tracts et informé les gens du role de Carrefour dans le soutien à l'armée israélienne, et donc au génocide en cours, et à l'occupation illégale de la Palestine. Plus d'infos ici

Samedi 10 février 2024 - place Bellecour à Lyon
Une nouvelle fois, un millier de sympathisant.e.s de la cause palestinienne se sont retrouvés, à l'appel du Collectif 69 de soutien au peuple palestinien pour exiger le cessez le feu à Gaza, pour crier leur indignation devant la passivité et (ou)  la complicité affichée de nombreux gouvernements avec Israël.

 

Plus d'une centaine de panneaux avec les visages et les noms de Gazaouis enfants, adultes, personnes âgées mortes sous les bombes israéliennes ont attiré l'attention des nombreux passant qui traversaient la place Bellecour.

 

Bravo aux adhérent.e.s de Couleurs Palestine présent.e.s qui ont bravé la pluie battante pour afficher une fois encore leur soutien aux habitants martyrisés de Gaza et à l'ensemble du peuple palestinien !

NOUS NE LES ABANDONNERONS PAS

 

MANIFESTATION  à  GENEVE

 

Samedi 3 février avait lieu à Genève à l’appel du député LFI  de Savoie Jean-luc Coulomme une marche pour exiger la paix et le respect du droit international à Gaza. Initiative à laquelle se sont joints les groupes locaux AFPS des départements voisins de la Suisse et le Collectif 69 de soutien au peuple palestinien dont une dizaine de membres parmi lesquels un militant de Couleurs Palestine 69 ont fait le déplacement.

Ce sont finalement plus de 2000 manifestant.e.s selon « La Tribune de Genève » qui se sont regroupés à 14h au bord du lac, face au Mont Blanc, devant le palais Wilson. Après plusieurs prises de parole dont celle sur la Cour Pénale Internationale au nom du Collectif 69, celle d’une militante de l’UJFP et celle de la présidente nationale de l’AFPS, le cortège des manifestant.e.s s’est dirigé vers le Haut Commissariat de l’ONU aux Droits de l’Homme pour finir devant le siège de l’ONU où d’autres prises de parole ont eu lieu dont celle du précédent maire de Genève, de Livia Zbinden vice-présidente du conseil municipal de Genève, d’un membre du Collectif juif décolonial Tsedeki et en clôture celle de jean luc Mélenchon toujours aussi percutant :

"A cet instant, des femmes, des hommes, des enfants, des familles, par milliers, centaines de milliers vivent sous ls bombes, le massacre, les crimes, la frayeur et de cet enfer monte la clameur du peuple, la nôtre. ...Le seul cri que nous voulons pousser à cet instant est CESSEZ LE FEU !!! Notre devoir est de hurler, de protester et d’exiger le CESSEZ LE FEU !!!"

 

La conférence de Gilles Devers, avocat qui a déposé plainte auprès de la CPI avec 500 autres avocats, qui devait avoir lieu jeudi 1er février, a été annulée 2 fois par la préfète du Rhône, à la demande du CRIF.

Cette conférence avait été initialement organisée par des étudiants de Lyon2, dans les locaux de l'Université, puis, suite à l'annulation au motif de risque de troubles pour les étudiants juifs, avait été programmée à la bourse du travail. Mais cela n'a pas empêché la préfète de trouver un nouveau motif pour l'annuler, le jour même!

L'état, aux ordres du CRIF, empêche toute expression sur le conflit en cours et censure toute critique sur le comportement de l'état d'Israël.

Samedi 27 janvier 2024, place Bellecour, un millier de personnes était rassemblé pour réclamer un cessez le feu immédiat et définitif à Gaza

 

Diverses actions ont alimenté ce rassemblement :

- Panneaux « Cessez-le-feu » en grandes lettres tenues par les militants,

- 50 photos de gazaouis assassinés,

- Rouleau de papier sur lequel les participants ont écrit des messages,

Et une magnifique exposition de 120 portraits de palestiniens assassinés.

Samedi 20 janvier Une marche pour Gaza a rassemblé de nombreux manifestants.

Le 17 janvier a eu lieu une conférence intitulée "Est-ce que la France vend des armes à Israël"? avec l'Observatoire des armements 

Voir l'article de l'Observatoire des armements

Samedi 13 janvier 2024 des citoyens étaient réunis place des Terreaux pour soutenir le peuple de Gaza et demander l'arrêt immédiat du génocide en cours.

 

Devant l'Hôtel de Ville, des portraits de victimes sont encadrés, posés au sol devant des bougies. La vie de quelques uns de ces milliers de Palestiniens est lue au micro : c'étaient des enfants, ils buvaient le thé lorsqu'un missile les a assassinés, c'était des nourrissons hospitalisés tués par des militaires israéliens, des jumelles de 15 jours tuées par un missile, un handicapé mort de famine, une famille de 53 personnes mortes sous les bombes, un jeune homme battu à mort par des israéliens, 30 personnes enfants, femmes, personnes âgées, tuées à bout portant par les soldats israéliens, une femme enceinte blessée par les soldats qui l'ont laissée se vider de son sang, .... ce n'était pas seulement des nombres, c'était des être humains lâchement assassinés par les israéliens.

 Gaza est un cimetière pour les journalistes : 113 journalistes ont été tués dans la bande de Gaza en 99 jours. Ils sont ciblés spécifiquement pour les empêcher de témoigner sur le génocide en cours.

Gaza est un cimetière pour les soignants

Gaza est un cimetière en prison

 

Vendredi 29 décembre, une veillée pour la Palestine était organisée par le collectif 69 pour la Palestine.

 

Portraits de palestiniens assassinés sous les bombes israéliennes.

Des êtres humains, pas des nombres. Des êtres qui avaient une vie.

 

Nous devons rester mobilisés face au carnage, au génocide en cours. 

Nous ne pourrons pas dire que nous ne savions pas.

Dernière lettre de ALI ABU YASSINE à son ami Jean-Luc

 

DERNIÈRE LETTRE du 19/10/23 reçue de mon ami ALI ABU YASSINE, écrivain, comédien, metteur en scène.

 

Cher ami Jean Luc,

d’habitude, je te réponds vite quand je reçois tes lettres, cette fois-ci, je me suis tu toute une journée car les mots se sont enfuis, échappés; je ne sais pas pourquoi.

Est-ce à cause du drame qu’on vit actuellement et pourtant on a l’habitude?

Ou bien parce que j’ai échappé à un obus qui a détruit notre maison et celle de nos voisins?

Ou bien à cause des sensations qu’on ressent ici tous et les images terribles autour de nous?

Ou bien parce que ça ne sert plus à rien de parler….

Car suis convaincu que malgré la justesse de notre cause, on va continuer à subir et à subir quotidiennement ce qu’on subit depuis 75 ans...

 

Hier, les Israéliens ont bombardé l’hôpital ELMOAMARANI et ont tué plus de 500 PERSONNES MALADES, MEDECINS, INFIRMIERS SECOURISTES.

IL LES ONT TRANSFORMÉS EN MORCEAUX DE CHAIR.

UNE VRAI BOUCHERIE.

 

Nous, les gens du théâtre, on connait la tragédie d’Antigone où se joue le dialogue autour de l’homme, de sa valeur, son honneur, son droit...dans la vie et après ...

« Et Créon regarde le cadavre de son fils… »

Nous, on ne voit plus les cadavres. On n’a que des organes déchiquetés ... des mains, des pieds ,des têtes ...

 

Une vieille femme demande à un secouriste :

-« Donne moi cette main par terre. C’est celle de ma fille; je la reconnais avec sa bague de mariage...

Cette main qui m’a pris ce matin pour me mettre sur mon fauteuil…

Cette main qui m’allume souvent la télé pour voir l’actualité…

Cette main qui me prend tous les matins ma main pour m’embrasser…

Cette main qui me coupe les ongles…

Cette main qui me peigne les cheveux... »

 

Cher ami,

je ne sais pas quoi écrire.

Si tu crois que ces mots valent la peine, alors essaie de les lire à nos amis libres, à ceux qui ont un cœur, à ceux qui ont encore des principes de justice et de paix… Ceux là se font de plus en plus rare…

De GAZA à LAVAL que j’adore,

en passant par Paris que j’aime,

peut être qu’un jour, cher Jean Luc,

si les obus israéliens me ratent encore et encore…

nous nous reverrons… libres comme tout le reste des habitants de cette terre.

 

ALI ABOU YASSINE, Gaza, sous les bombes, le 19 octobre 2023.

ALI ABU YASSINE était adolescent lorsque les israéliens ont bombardé Gaza en 2008-2009 lors de l'opération "plomb durci". Comme plusieurs autres jeunes qui ont vécu ces bombardements, il a écrit un texte. Tous ces textes ont été réunis dans les Monologues de Gaza et mis en scène par le théâtre Ashtar.

Cette année les Monologues de Gaza ont été présentés dans le cadre du festival Sens Interdits, à Lyon, les 27 et 28 octobre 2023.

Au départ, les auteurs des textes devaient lire leur texte en visio depuis Gaza, et échanger avec le public. Mais avec les bombardements israéliens, cela n'a pas été possible. C'est pourquoi nous avons pu entendre la dernière lettre de ALI ABU YASSINE à son ami Jean-Luc, comme témoignage de l'enfer que vivent à nouveau ces jeunes, qui sont maintenant devenus adultes.

Écrire commentaire

Commentaires: 0